14 Mai 2016

« PROXIPI DÉTECTE L’INVISIBLE »

0 Comment
Karen DE BOECK
Plant Manager Valomac
SITA Belgium
Pourquoi vous êtes-vous intéressée aux systèmes de prévention des collisions entre engins et piétons ?
K.D.B : La sécurité chez SITA Groupe Suez Environnement est une chose très importante, surtout parce que malheureusement, encore chaque année, nous avons des accidents mortels sur nos sites et dans une grande majorité de cas, ce sont des accidents entre des véhicules et des piétons.

 

Avez-vous déjà eu des accidents à déplorer sur votre site de Valomac ?
K.D.B : Non, heureusement jamais. Mais nous sommes passés à plusieurs reprises tout près du drame… Pourtant nous avons mis en place depuis longtemps déjà de nombreuses mesures préventives comme un plan de circulation, une limitation de vitesse et même des caméras à l’arrière de nos engins. Mais ces dispositions n’ont pas été suffisantes.

 

Quels sont ces cas ?
K.D.B : Ce sont nos « zones dangereuses »… nos stocks, nos logettes, nos murs avec des angles morts… où piétons et engins travaillent en proximité.

 

Comment avez-vous découvert le système de prévention des collisions PROXIPI ?
K.D.B : Tout est partie des retours d’expériences de certaines entreprises voisines qui ont eu également à s’équiper de dispositif de prévention. Toutes nous ont fait le même constat : elles ont fini par déconnecter leurs systèmes de détection au bout de quelques mois à cause des trop nombreuses fausses alertes… Cela nous a amené à chercher d’autres solutions. C’est alors que notre Conseiller en Prévention nous a parlé de Proxipi…

 

Sur quels critères avez-vous déterminé que PROXIPI était la solution adaptée à vos besoins et notamment à vos « zones dangereuses » ?
K.D.B : Tout d’abord notre cahier des charges nous imposait d’adopter un système qui reste fiable dans de nombreuses configurations et notamment en environnement métallique, car sur notre site de Valomac nous avons des murs métalliques, mais aussi des stocks de déchets métalliques. Ensuite, notre problématique était l’invisibilité. Nous ne voulions pas d’un système qui reconnaisse un piéton se trouvant dans le champ de vision du chauffeur, même s’il est à 10 mètres. Ce qu’il nous fallait c’était un système qui puisse « voir » derrière les murs, au-delà des angles morts… là où le piéton est invisible pour le chauffeur… Enfin, nous souhaitions éviter l’écueil de nos voisins et être obligé d’arrêter le système à cause de réactions négatives de notre personnel.

 

PROXIPI a répondu à toutes ses exigences ?
K.D.B : En effet. Et nous avons bien constaté que Proxipi détecte l’invisible, c’était très important dans notre cas. Mais avant de valider complètement la solution nous l’avons testé. Nous avons convenu avec Monsieur Gilles VAQUIN la mise en place d’un « Pilote » de 6 mois. Le test ayant été très concluant nous l’avons adopté pour du long terme.

 
Pourquoi selon vous PROXIPI rencontre l’adhésion des chauffeurs ?
K.D.B : Selon moi, un des grands avantages de la solution Proxipi est qu’elle alerte à la fois le piéton potentiellement menacé et le chauffeur de l’engin. Cette double alerte joue un rôle important dans l’acceptation du système car les chauffeurs supportent mal que la responsabilité repose uniquement sur leurs épaules. Ils apprécient donc vraiment que le système Proxipi responsabilise le piéton autant qu’eux-mêmes. De plus, l’alerte cabine est réglable. Nous avons opté pour une alerte visuelle assez intense et une alerte sonore très faible. Ainsi le chauffeur n’est pas agressé par une alerte sonore supplémentaire, car dans les cabines sous pression de nos engins ces alertes sont déjà très nombreuses. C’est l’ensemble de ces fonctionnalités qui a emporté l’adhésion de nos chauffeurs pour la solution Proxipi.

 

Et concernant les Piétons ?
K.D.B : Pour les piétons, l’acceptation est beaucoup plus simple, car ils intègrent très rapidement que le badge piéton renforce leur « protection ». S’ils n’ont pas tous été proches d’une collision avec un engin, ils ont en revanche déjà tous ressenti l’imposante menace de son godet de plus de 3 mètres… Nous avons donc simplement pris des dispositions internes pour informer tous les profils de piétons susceptibles de pénétrer sur le site. Par exemple, nous avons mis en place une signalétique interne rappelant le port obligatoire du badge ainsi que les bonnes règles d’utilisation.

 

Après plus d’un an d’utilisation du système PROXIPI, quel bilan tirez-vous ?
K.D.B : Nous souhaitions un système complémentaire de prévention des collisions pour combler certaine lacune de notre dispositif en place et je peux dire que nous l’avons trouvé ! J’ai une expérience très personnelle de l’action et de l’efficacité de la technologie Proxipi. C’est arrivé dans les premiers mois du test Pilote, lors d’un contrôle qualité métaux que j’effectuais dans une logette. Une logette est une sorte de bloc creux en béton à peine plus large qu’un godet mais très profond. Tournant le dos à l’entrée de la logette, je contrôlais la matière disposée tout au fond devant moi… Le badge Proxipi que je portais s’est mis à vibrer et à donner l’alerte. Je me suis retournée et là j’ai vu, à l’entrée de la logette, l’engin avec le godet levé plein de métaux prêts à être déversés. Le chauffeur ne pouvait pas me voir à cause du godet qui obstruait son champ de vision, mais il s’est arrêté et a fini par m’identifier, car lui aussi avait été alerté. Depuis ce jour, je suis convaincue de l’efficacité de Proxipi.

 

[top]